X AND Y v. THE NETHERLANDS

Judgment Date26 March 1985
ECLIECLI:CE:ECHR:1985:0326JUD000897880
Respondent StateHolanda
Application Number8978/80
Date26 March 1985
CourtChamber (European Court of Human Rights)
CounselN/A
Applied Rules8;8-1;14+8;14;3;13;41
Official Gazette Publication[object Object]

COUR (CHAMBRE)

AFFAIRE X ET Y c. PAYS-BAS

(Requête no 8978/80)

ARRÊT

STRASBOURG

26 mars 1985



En laffaire X et Y contre Pays-Bas[*],

La Cour européenne des Droits de lHomme, constituée, conformément à larticle 43 (art. 43) de la Convention de sauvegarde des Droits de lHomme et des Libertés fondamentales ("la Convention") et aux clauses pertinentes de son règlement, en une chambre composée des juges dont le nom suit:

MM. R. Ryssdal, président,

G. Wiarda,

B. Walsh,

Sir Vincent Evans,

MM. C. Russo,

R. Bernhardt,

J. Gersing,

ainsi que de MM. M.-A. Eissen, greffier, et H. Petzold, greffier adjoint,

Après en avoir délibéré en chambre du conseil les 28 novembre 1984 et 27 février 1985,

Rend larrêt que voici, adopté à cette dernière date:

PROCEDURE

1. Laffaire a été déférée à la Cour par la Commission européenne des Droits de lHomme ("la Commission") le 13 décembre 1983, dans le délai de trois mois ouvert par les articles 32 par. 1 et 47 (art. 32-1, art. 47) de la Convention. A son origine se trouve une requête (no 8978/80) dirigée contre le Royaume des Pays-Bas et dont M. X avait saisi la Commission le 10 janvier 1980, en vertu de larticle 25 (art. 25), en son nom propre et au nom de sa fille, Y. De nationalité néerlandaise, les deux requérants ont exprimé le souhait de ne pas voir divulguer leur identité.

2. La demande de la Commission renvoie aux articles 44 et 48 (art. 44, art. 48) ainsi quà la déclaration néerlandaise de reconnaissance de la juridiction obligatoire de la Cour (article 46) (art. 46). Elle a pour but dobtenir une décision sur le point de savoir si les faits de la cause révèlent un manquement de lÉtat défendeur aux obligations qui lui incombent aux termes des articles 3, 8, 13 et 14 (art. 3, art. 8, art. 13, art. 14).

3. En réponse à linvitation prescrite à larticle 33 par. 3 d) du règlement, les requérants ont manifesté le désir de participer à linstance pendante devant la Cour et ont désigné leurs conseils (article 30).

4. La chambre de sept juges à constituer comprenait de plein droit M. G. Wiarda, juge élu de nationalité néerlandaise (article 43 de la Convention) (art. 43), et M. R. Ryssdal, vice-président de la Cour (article 21 par. 3 b) du règlement). Le 25 janvier 1984, M. Wiarda, en sa qualité de président de la Cour, a désigné par tirage au sort les cinq autres membres, à savoir M. B. Walsh, Sir Vincent Evans, M. C. Russo, M. R. Bernhardt et M. J. Gersing, en présence du greffier (articles 43 in fine de la Convention et 21 par. 4 du règlement) (art. 43).

5. Ayant assumé la présidence de la Chambre (article 21 par. 5 du règlement), M. Ryssdal a recueilli par lintermédiaire du greffier lopinion de lagent du gouvernement des Pays-Bas ("le Gouvernement"), du délégué de la Commission et des conseils des requérants sur la nécessité dune procédure écrite.

Le 16 mars 1984, il a relevé que les requérants ne souhaitaient pas déposer de mémoire et décidé que lagent aurait jusquau 16 mai pour en présenter un auquel le délégué pourrait répondre par écrit dans les deux mois du jour où le greffier le lui aurait communiqué (article 37 par. 1). Le 3 avril, il a prorogé le premier de ces délais jusquau 15 juin.

Le mémoire du Gouvernement est parvenu au greffe le 18 juin. Le 31 août, le secrétaire de la Commission a fait savoir au greffier que le délégué formulerait ses commentaires lors des audiences.

Le 5 juillet, le président a fixé au 26 novembre la date douverture de la procédure orale (article 38). Le 23 août, il a autorisé les représentants des requérants à employer la langue néerlandaise (article 27 par. 3).

Le 29 août, Mme van Westerlaak, conseil des requérants, a communiqué à la Cour les observations de ses clients sur lapplication de larticle 50 (art. 50) de la Convention. Elle les a complétées par deux lettres remises pendant les débats.

6. Ces derniers se sont déroulés en public le jour dit, au Palais des Droits de lHomme à Strasbourg. La Cour avait tenu immédiatement auparavant une réunion préparatoire.

Ont comparu:

- pour le Gouvernement

M. C.J. Schneider, Représentant permanent

des Pays-Bas auprès du Conseil de lEurope,

délégué de lagent,

M. E. Korthals Altes, Landsadvocaat, conseil,

Mme W.G. Schimmel-Bonder, du ministère de la Justice, conseiller;

- pour la Commission

M. S. Trechsel, délégué;

- pour les requérants

Mme I. van Westerlaak, avocat,

M. E.A. Alkema, professeur

à lUniversité de Groningue, conseils.

La Cour a entendu en leurs plaidoiries et déclarations, ainsi quen leurs réponses à ses questions, M. Korthals Altes pour le Gouvernement, M. Trechsel pour la Commission, Mme van Westerlaak et M. Alkema pour les requérants.

FAITS

I. LES CIRCONSTANCES DE LESPÈCE

7. M. X et sa fille Y sont nés respectivement en 1929 et le 13 décembre 1961. Handicapée mentale, la seconde vivait depuis 1970 dans un foyer privé pour enfants atteints de déficience mentale.

8. Dans la nuit du 14 au 15 décembre 1977, un certain B., gendre de la directrice et habitant avec son épouse dans létablissement bien quil ny fût pas employé, réveilla la jeune fille; il lobligea à le suivre dans sa chambre, sy dévêtir et avoir avec lui des rapports sexuels.

Cet événement, qui eut lieu le lendemain de son seizième anniversaire, traumatisa Y et provoqua chez elle de graves perturbations psychiques.

9. Le 16 décembre 1977, X se rendit à la police locale pour porter plainte et réclamer louverture de poursuites pénales.

Le commissaire lui indiqua quil pouvait signer la demande puisquil considérait sa fille comme incapable de le faire en raison de son état mental.

Le texte déposé par le requérant se lisait ainsi: "En ma qualité de père, je dénonce les délits commis par B. sur la personne de ma fille. Je le fais parce quelle en est elle-même incapable: bien quâgée de seize ans, elle demeure psychiquement et intellectuellement une enfant."

10. Le commissaire rédigea un rapport que signa le requérant (articles 163 et 164 du code de procédure pénale). Il informa ultérieurement le parquet que, vu la déclaration du père et ses propres constatations quant à létat mental de la jeune fille, celle-ci ne lui paraissait pas pouvoir porter plainte elle-même. Selon le directeur et un professeur de lécole quelle fréquentait, elle navait pas la faculté dexprimer sa volonté à cet égard.

11. Le 29 mai 1978, le parquet décida provisoirement de ne pas poursuivre B. à condition quil ne répétât pas linfraction dans le délai de deux ans. Le magistrat chargé de laffaire en avisa le requérant le 27 septembre 1978, au cours dun entretien.

12. Le 4 décembre 1978, X attaqua la décision du parquet, en vertu de larticle 12 du code de procédure pénale, devant la cour dappel dArnhem quil pria dordonner des poursuites pénales.

Dans un mémoire complémentaire du 10 janvier 1979, il souligna quun représentant légal pouvait agir au nom du plaignant, sous réserve dexceptions limitativement énumérées dont aucune ne jouait en loccurrence.

Le 12 juillet 1979, la cour dappel débouta le requérant. Il lui parut en effet douteux que lon pût prouver le bien-fondé dune accusation de viol (article 242 du code pénal, paragraphe 14 ci-dessous). Quant à larticle 248 ter (paragraphe 16 ci-dessous), il aurait trouvé à sappliquer en lespèce, mais seulement si la victime avait agi elle-même. Aux yeux de la Cour, la réclamation du père (article 64 par. 1 du code pénal, paragraphe 16 ci-dessous) ne remplaçait pas celle que la jeune fille, âgée de plus de seize ans, aurait dû déposer bien que la police leût estimée incapable de le...

To continue reading

Request your trial

VLEX uses login cookies to provide you with a better browsing experience. If you click on 'Accept' or continue browsing this site we consider that you accept our cookie policy. ACCEPT